LETTRE COLLECTIVE

Aller en bas

LETTRE COLLECTIVE

Message  Michele66 le Mar 15 Nov - 8:43

J'ai eu l'honneur de rédiger et faire partir ce courrier, alors que j'étais sur un autre espace médiatique, soutenue par au moins une trentaine de personnes. Cette lettre a eu une réponse de l'IGAS au nom des ministres concernés en nous assurant de la prise en compte des remarques qui ont été formulées:
Madame Michèle I

66000 PERPIGNAN
à


Madame le Ministre
Des Solidarités et de la Cohésion Sociale
72 Rue de VARENNE
75007 PARIS
Le 2 mai 20011


Objet : Lettre collective de Transsexuel(le)s
A l’attention personnelle de Madame Roselyne Bachelot-Narquin.

Madame.


Merci, Madame…cependant !

Saluée par l’ensemble des «Transidentités », la modification du statut des transsexuelles, la déclassification des maladies mentales, est une avancée significative dans la prise en charge de cette problématique et la toute première en Europe.

D’autres en ont beaucoup parlé, de promesses électorales en promesses électorales, vous l’avez fait, Madame Bachelot, ce n’était pas évident, de fait c’est devenu une réalité dont il faudrait que nous sachions vous remercier. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.
Quoiqu’il en soit, nous vivons dans un monde où les bonnes intentions ne suffisent plus, une société de consommation du tout, tout de suite et même avant, quand la critique acerbe devient un moyen d’expression commun, fortement prisé par nos médias.

Il ne s’agit pas pour nous, en vous écrivant, d’entrer dans une critique quelconque mais simplement de vous faire part d’un certain nombre de conséquences fâcheuses induites par ces modifications de statut surtout au niveau des prises en charge du « simplement nécessaire » à une transition spécifiquement transsexuelle bien ordonnée.

Je fais moi-même partie de ces personnes qui ont achevé leur parcours, opérée, changement d’identité terminé, intégrée socialement et professionnellement après un suivi chaotique auquel j’avais pourtant la volonté de me soumettre mais qui m’a conduite à l’étranger pour avoir une chirurgie de premier plan, en temps et en heure, mais financée de mes propres deniers.
Rien de plus qu’une femme issue de la transsexualité qui à son aboutissement a simplement envie de se fondre dans la société et qui en principe ne revendique plus rien pour elle même.

Durant de nombreuses années je me suis mobilisée, j’ai été la première en France à rédiger une revue sur le transsexualisme, il y a 30 ans, écrit de nombreux articles, répondu à pas mal de questions, participé à des réunions d’information dont celle de la Has, et payé de ma personne pour montrer aux plus hauts services de la CNAM, Has et autres organismes la qualité opératoire en Thaïlande notamment d’où je revenais fraîchement.

Je n’aspire qu’à la tranquillité et je l’avais acquise mais rattrapée par les difficultés de nombre de mes consoeurs, à leur demande, je repars dans la représentation d’un groupe social avec comme toujours le souci du dialogue et de la proposition recevable .

Je viens donc vous parler de Transsexualisme, une des composantes spécifiques d’un ensemble plus vaste comme la Transidentité mais dont les fondements n’ont rien à voir avec une problématique transgenre puisque ne procédant pas des mêmes tenants non plus qu’aboutissements.

Ors, à ce jour on n’entend plus parler par nos représentants associatifs que d’identité pour des personnes non opérées, non hormonés, laissant pour compte les transsexuelles en souffrance face aux perspectives hégémoniques de gens comme la SOFECT, dont le projet va même à l’encontre du code de la sécurité sociale, comme le libre choix de ses praticiens.

Il est aisé de comprendre que les préoccupations douloureuses d’une transsexuelle qui n’a d’autre souci que de mettre son physique et son social en totale adéquation avec son esprit ne peuvent se confondre avec l’attente d’un(e) transgenre qui recherche une apparence féminine tout en conservant ses fonctionnements sexuels d’homme en poussant l’extrême de vouloir une identité féminine aux yeux de la société.

Nous en arrivons même a un stade ubuesque où les transsexuelles se font maltraiter par les autres, ironisant sur la notion de vraies femmes, traitant d’oies celles qui se soumettent aux protocoles et où les jeunes qui arrivent en demande sur les médias Internet se font copieusement agresser par toute une cohorte d’individus réactionnaires qui détricotent à loisir les notions immémoriales de genre, jusqu’au plus intime de leurs convictions personnelles.

De fait, les transsexuelles dans leur grande majorité ne rejettent pas une refonte du système des prises en charge dans la mesure où ces dernières seront respectueuses de la personne et adaptée aux objectifs de vie dans un contexte moderne.

Il ressort de cette agitation actuelle que le ministère a suspendu les consultation dans la perspective de dépassionner le débat et se faire une idée plus juste de la situation réelle, et pour cause :

La dépsychiatrisation n’a pas du tout le même sens selon les mouvements désormais fortement politisés et va du simple aménagement des suivis jusqu’à la volonté de libéraliser complètement les prises en charge sans oublier que l’état providence doit quand même financer cela.
La grande majorité des transsexuelles réelles, majorité la plupart du temps silencieuse ne revendique pas la dépsychiatrisation dans le sens éradication des psys (comme cela a été avancé) mais demandent des prises en charges sécurisantes, respectueuses et modernes, harmonisées dans tout l’hexagone, dans le libre choix de ses praticiens, ce qui est inscrit dans le code de sécurité sociale.

D’une manière générale les gens ne rejettent pas la psychiatrie, du moins consultative, mais les membres de cette SOFECT qui ont en réalité souvent maltraité les personnes en consultation, des faits avérés inadmissibles qui ont été violemment dénoncés lors de la réunion de la HAS par des témoignages précis et concordants…dont on peu se faire une idée juste en écoutant les enregistrements de ces réunions.

L’attente des transsexuel(le)s c’est de pouvoir faire des parcours dignes sans être envoyé(e)s dans des difficultés insurmontables par des mesures incohérentes ou mal positionnées dans le parcours, pouvoir entretenir une relation respectueuse et de confiance avec leurs praticiens comportementalistes réunissant autour d’eux des équipes compétentes dans le médical, le social et le juridique dans un juste équilibre entre le consentement éclairé et une sécurisante recherche de pathologies psychotiques pouvant induire la démarche.
Ne plus être suspendues au sésame opératoire tel qu’il se pratique aujourd’hui source de bien de dérives autant dans un sens que dans l’autre.

L’attente c’est aussi une chirurgie en quantité suffisante digne de ce nom, par des praticiens formés et expérimentés ; en dehors d’un ou deux chirurgiens qui opèrent en France, tout le reste en est encore à l’âge de pierre par rapport à la Thaïlande, le Canada, entre autres.
Nous voyons encore circuler sur la toile de véritables atrocités absolument indignes du pays de progrès chirurgical et médical que nous sommes dans nombre de spécialités.

L’ennui, c’est que dans le vide administratif généré par cette déclassification des gens sont en ce moment même dans une situation tragique, incapables d’avancer et dans une souffrance grave qui n’a rien à voir avec des revendications d’identité pour des individus normalement constitués qui veulent se faire appeler « Madame ou à l’inverse Monsieur » en conservant toutes les fonctionnalités de leur sexe d’origine.

Entre l'ultra libéralisme excité prôné par certain(e)s et un encadrement violent proposé par la SOFECT, nous sommes convaincu(e)s qu'il existe un juste milieu, de nécessaires adaptations individuelles afin d'humaniser cette démarche et sortir des monopoles.

Ce pourquoi, les transsexuelles qui sont à l'origine de l’élaboration vitale de ces protocoles sont en mesure de faire des propositions consensuelles pour améliorer la prise en charge. Nous ne disons pas qu’il faut se désintéresser de la problématique transgenre dans le respect du libre droit de chacun(e) mais nous mettons une urgence particulière en avant parce qu’il nous revient des impasses catastrophiques de nature à anticiper la vie de ces personnes.

Essayons d'abord de résoudre durablement la situation grave actuelle pour des gens en souffrance avant un projet identitaire certainement respectable qui dépasse nos attentes particulières!


Près d’une cinquantaine de personnes sont solidaires de ce courrier, des individus en attente angoissée ou d'autres comme moi qui ont fini, une représentation donc assez large qui m'a chargé de prendre la responsabilité de vous envoyer cette lettre, en nous tenant à votre
disposition, d’autres et moi-même pour de plus amples renseignements.

Cette lettre est donc envoyée conjointement à Madame Bachelot qui est l’initiatrices de ces changements, Monsieur Xavier Bertrand qui au ministère de la santé a en charge de les finaliser et à l’IGAS d’en étudier les modalités. Elle n’a pas vocation de « Lettre Ouverte » mais elle est déjà répercutée dans divers espaces.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments les plus dévoués.


Dernière édition par Michele66 le Sam 19 Nov - 20:03, édité 1 fois

_________________
Michèle Administratrice




L'action vaut mieux que l'intention!
avatar
Michele66
Admin
Admin

Bélier Messages : 615
Date d'inscription : 14/11/2011
Age : 70
Localisation : Perpignan

http://transsexuel-le-s.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LETTRE COLLECTIVE

Message  Michele66 le Ven 18 Nov - 12:51

La réponse qui m'a été adressée date du 30 juin 2011.

Madame.
Par courrier date du 13 mai 2011, vous appelez l'attention de l'Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) sur les modifications à apporter au statut des Transsexuels dans une lettre collective que vous avez également adressée Au Ministre de la Santé et au Ministre des Affaires Sociales.

J'ai pris bonne note de vos remarques qui alimenteront les réflexions de la mission de l'IGAS sur ce sujet.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

La lettre est signée du Chef de L'IGAS et de l'inspectrice générale.

Cet été, à temps perdu (autrement dit pas très souvent) j'ai pris le temps de finaliser dans le détail les attentes des transsexuel(le)s que j'ai compilées dans un document que j'ai déjà soumis à "quelqu'un" en haut Lieu et qui m'a dit suivant son appréciation que c'était tout à fait reçevable.
Vous comprendrez, vu la situation actuelle que je ne poste ma démarche définitive que lorsqu'elle aura été collationnée et lue par les intéressés!

_________________
Michèle Administratrice




L'action vaut mieux que l'intention!
avatar
Michele66
Admin
Admin

Bélier Messages : 615
Date d'inscription : 14/11/2011
Age : 70
Localisation : Perpignan

http://transsexuel-le-s.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: LETTRE COLLECTIVE

Message  Michele66 le Jeu 1 Déc - 9:54

Note personnelle: Je ne parle pas de lettre ouverte car c'est une lapalissade.
En effet toute personne qui lit un courrier l'a ouvert à moins qu'il n'ait pas été cacheté.
scratch


De Michèle-Aubeline I.
Perpignan

à

Madame l'Inspectrice, Madame.....,en charge du dossier
Monsieur le Directeur de L'IGAS

Perpignan le......

Madame.

Je vous suis infiniment reconnaissante de votre réponse cet été en retour de notre lettre collective.
Pour faire suite, par le détail aux généralités exprimées lors de ce premier contact, je vous adresse, ici, quelques suggestions qui ont longuement été discutées entre de nombreuses personnes, différents sites d’information et entraide trans.

Permettez moi de faire référence à quelques lignes que j’avais déjà écrites, il y a plus de 7 ou 8 ans :

« Pour que la réussite d’un parcours soit complète, il faut :

Que le demandeur ou la demanderesse ait atteint un niveau de conviction suffisant pour aller de sa propre initiative à la rencontre d’une équipe, solidaire, complémentaire, respectueuse capable de « mettre en scène positivement » son parcours et sa sortie de parcours !

Les aspects à ne pas éluder sont :
- La sécurité de l’individu
- La fiabilité des diagnostics psys et endocrinos
- L’élaboration d’un projet viable par un coordonnateur dans l’équipe qui sera en mesure de mener en sortie une personne à une intégration sociale totale depuis la crédibilité physique à un emploi correspondant au genre en passant par une identité admise dès le départ d’un point de vue juridique par la justice de notre pays, en tous lieux.. »


Les Volets incontournables d’une conversion :

Les Protocoles :

1°) Avant et en tout état de cause, deux choses, d'abord la suppression des clauses discriminatoires qui déterminent encore aujourd’hui l’accès au suivi par une équipe ensuite l'abandon des classifications primaires et secondaires. C'est antinomique avec le transsexualisme: on l'est où on l'est pas!

2°) Ensuite, dans le respect de la loi comme édicté dans le code de la Sécurité Sociale, le libre choix de ses praticiens. Ce qui implique la création d’un cadre de soins de référence utilisable par tous les professionnels de santé. C’est le rôle de la HAS !

3°) Une formation spécifique pour tous les professionnels de santé à commencer par les médecins généralistes qui dans la majorité des cas sont en première ligne du coming-out médical et qui doit de surcroît, dans la configuration actuelle se poser en coordonnateur de l’équipe.

4°) Il est nécessaire de revoir une refonte complète des attributions et prérogatives chacun des membres de l’équipe protocolaire dont les décisions d’entrée et de suites dans le parcours sont laissées au seul psychiatre, ou presque.

Jusque là, la signature par le psychiatre du précieux sésame opératoire a faussé le relationnel praticien/patient dans un jeu de dupes qui aboutit désormais à la « tête » du client !

Avec les moyens de communications actuels, les uns, bien informés s’efforcent de dire ce que les psys veulent entendre et les praticiens de démêler le vrai du faux, ce qui n’arrange rien à la confiance nécessaire entre les deux.

Dans une grande majorité les patient(e)s sont défavorables aux équipes de référence et à la SOFECT en particulier, l’expérience de mauvais traitement moraux (et chirurgicaux) justifiant cela.
Ors, nous savons que des membres influents de la SOFECT multiplient des réunions dites consultatives, ceci dit pour reprendre à leur compte, les quelques personnes favorables à leur action à l’encontre de toutes celles et ceux qui dénoncent leur hégémonie sur nos parcours de soins.


Il est évident que le remboursement des soins à l’étranger, généralement beaucoup moins chers qu’en France et indubitablement de bien meilleure qualité (j’en atteste personnellement) devait se faire automatiquement sur présentation du dossier.

Un cadre de soins de référence :

1°) Pour le psychiatre :

Le « diagnostic » (un mot que beaucoup vont me reprocher) parlons d’évaluation pour ne fâcher personne.
L’objectif principal est de déterminer qu’aucune pathologie psychotique peut être à l’origine ou influencer le transsexualisme de la personne qui n’a de fondement qu’en lui même.

Aider la personne à mettre en place tous les aspects de sa sortie de parcours, en l’informant et en adaptant des solutions individualisées.

Elaborer ensembles et en concertation les différentes étapes du parcours (hormonothérapie, chirurgies, étape de vie en situation)

Une durée butoir n’est pas souhaitable dans la mesure où en quelques séances certain(e)s sont en mesure de finaliser un projet quand d’autres seront plus longs.

Il faut imaginer une nouvelle répartition des responsabilités entre « le consentement éclairé du /de la patient(e) » et la prescription des opérations par l’équipe de protocole !!!

2°) Pour l’endocrinologue :

Toujours pareil, évaluer, prescrire et suivre le traitement dans tous les aspects de son évolution (y compris post opératoire)

3°) Pour le chirurgien…

Dès le début de parcours, il doit être impliqué sur la faisabilité opératoire du ou de la patiente du fait de pathologies totalement externes au transsexualisme comme certains diabètes ou maladies cardiaques.

Il doit être à même également d’évaluer la capacité à créer le néo vagin par rapport à la disposition des organes abdominaux dans le cadre d’une MtF ; une phalloplastie ou une métaplastie pour les FtM.

Il apparaît évident que nous n’avons en France que trop peu de chirurgiens formés et compétents, que l’accès à leurs services reste restrictif en principe au seul groupe dont ils font partie.

4°) Pour le chirurgien plasticien :

C’est un personnage aussi important que le chirurgien qui pratique la vaginoplastie parce que de ses compétences vont dépendre la plus grosse partie de l’intégration de la personne dans la société « du paraître »
L’évidence est que peu de transsexuelles n’ont rien à faire pour harmoniser leur aspect général à leur genre de destination.
Rien ne sert de faire de belles vaginoplasties qui restent sous les vêtements et de laisser compromettre l’intégration sociales de personnes par un physique inadéquat .
Mammoplasties, FFS, (Implants capillaires ?) rabotage de la pomme d’Adam
Mais aussi orthophonie, chirurgie des cordes vocales.

Il apparaît, à ce niveau, depuis la déclassification des maladies mentales par Madame Bachelot et les changements d’ALD qui ont fatalement suivi, que de nombreuses prises en charges nécessaires aient été passées en pertes et profits mutant lamentablement en chirurgies esthétiques ! Là, il y a une urgence VITALE.

L’Identité Sociale :

Il est évident qu’à l’heure actuelle avec la répartition des compétences des tableaux du CODE CIVIL les questions d’identité, le président de la juridiction locale reste maître de ses décisions, ce qui entraîne une disparité notable d’une région à l’autre.
Des directives non suivies d’effets ont été publiées notamment en matière d’expertises.


L’ idée en soi ne serait pas de supprimer totalement ces expertises mais ne plus en faire la normalité pour ne les utiliser que dans certains cas précis et clairement répertoriés.
En tout état de cause, un changement d’état civil devrait pouvoir se faire quasi automatiquement en POST OP et être avancé en PRE OP lorsque les conditions d’intégration sociale de la personne l’exigent.

L’Intégration sociale :

A une époque où on entend de plus en plus parler de discrimination positive notamment pour les étrangers en situation régulière sur notre sol, malgré cependant l’austérité et peut être la récession en cours, et sans en faire un thème de revendications extrémistes, ne serait-il pas judicieux d’envisager un suivi social au travers d’organismes et services d’entraide et de solidarité socio professionnels à savoir des assistantes sociales et des professionnels de l’emploi.

Elaborer un projet de vie viable à partir des compétences de la personne et ses aspirations !


Je vous prie d'agréer......blablabla!


Dernière édition par Michele66 le Jeu 1 Déc - 23:13, édité 1 fois

_________________
Michèle Administratrice




L'action vaut mieux que l'intention!
avatar
Michele66
Admin
Admin

Bélier Messages : 615
Date d'inscription : 14/11/2011
Age : 70
Localisation : Perpignan

http://transsexuel-le-s.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Enfin un écrit équilibré auquel j'aderre!

Message  sarahOGM le Jeu 1 Déc - 22:10

Je dirais même plus, je ne me suis pas senti réprimé ni malheureux! J'étais sous anesthésie totale et déni complet! Comparé à aujourd'hui j'étais riche en euros, pas en liberte........
Aujourd'hui je pense que si je ne suis pas reconnue psychotique, je ne serai pas probablement pas reconnue en tant que transsexuelle... Et ça c'est une souffrance infinie!
J'ai fini par céder aux pressions internes qui étaient miennes, par m'effondré en tant qu'homme et femme intérieure!
Je suis femme et je pense reniée par ce système, selon mes dernière informations et sur le plan régional, pas d'espoir à avoir sans ce sésame GRETIS esque!
Je désespère un peu, je m'agite beaucoup, des gents qui me connaissent me donnent des infos d'avant quatre ans....toutes se refement pour le moment! Mme Bachelot écoutez les.....s'il vous plait pour moi et mes consoeurs!
J'ai tout retourné dans ma vie, je vis en femme aproximative, je survis en attendant de trouver une solution! Si je n'en trouve pas, je terminerai mes quelques euros en tentatives désespérées puis je m'en irai!
Bonne soirée Sarah
avatar
sarahOGM

Poissons Messages : 268
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 61
Localisation : Bormes les Mimosas

Revenir en haut Aller en bas

Re: LETTRE COLLECTIVE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum