Une LETTRE dans les années 90

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une LETTRE dans les années 90

Message  Michele66 le Jeu 12 Jan - 17:52

Ce soir en recherche de "matière" pour le forum, j'ai mis le nez dans de vieux CD de sauvegardes!
J'ai retrouvé quelques bons mots dont je vous ferai profiter!

Pas une certaine forme exhibitionnisme, ça ne m'intéresse pas mais pour mesurer les fragilités d'un parcours, les valse hésitations que l'on recontre presque forcément!

Je subbodorais alors aller jusqu'au bout, mais je ne savais pas pouvoir y arriver.

Je m'adresse là à une amie perdue de vue depuis plusieurs années, ancienne présidente d'une importante association, une pionnière dans le monde de la transidentité:



« …, mon amie.

C’est vrai que bien des années ont passé !
Ceci ne nous rajeunit pas mais ne fait pas de nous deux vieilles mémères pour autant, puisque nous restons jeunes et fringantes…du moins dans nos têtes !

C’est à la façon normande que les définirai :

Elles ont été trop bonnes pour que j’en dises du mal,
Elles ont été trop mauvaises pour que j’en dise du bien !

L’annonce du décès de ton épouse m’a profondément chagrinée.
Je suis presque toujours désemparée lorsque que quelqu’un, à plus forte raison un ou une amie, me parle de la perte, souvent brutale de son compagnon ou de sa compagne.
Alors je de dis du fond du cœur que j’éprouve une réelle compassion face à cette situation qui pour moi, me semble être, le pire de ce que l’on puisse vivre dans un couple et mérite toute la tendresse des autres.
C’est mon plus grand effroi que de penser que cela peut arriver un jour !
Aussi, je t’offre ma tendresse, sans restrictions !

D’un autre côté, c’est vrai, nous savons bien que la présence, aussi amoureuse et complice quelle soit de notre partenaire de vie est aussi un frein à notre volonté d’expression féminine et la tristesse de la séparation peut faire place au soulagement de pouvoir « être, enfin !» celle que l’on a toujours voulu être.
Néanmoins l’espérance d’être ne peut en aucun cas s’accommoder d’instants de tels chagrins.

Même s’il y a partage, cela engendre toujours une certaine retenue et l’espoir s’exprime par une capacité retrouvée.
On ne peut rien en dire ! C’est la loi implacable de la vie !

Je pense que je suis bien placée pour en parler puisque c’est l’amour partagé avec mon épouse qui est le pilote de mes 20 dernières années de vie.
Cet échange retrouvé à partir de circonstances subtiles, comme une rencontre extra conjugale, romantique et tragique, déterminante.
C’est devenu pour moi le moteur principal de l’aliénation d’abord totale, puis partielle de ma personnalité féminine.

A l’époque, j’ai quitté l’(association), au cœur d’un maelström engendré par une passion enflammée qui ma fait penser que j’avais retrouvé toutes mes sensations d’homme, et cette conviction profonde et sincère par un génial effet de boomerang m’a permis de reconstruire une vie, avec mon épouse et mes enfants, au sein d’une vie de famille, calme, harmonieuse mais peut-être exagérément religieuse.
Je pense avec un certain recul que c’est l’exagérément mystique qui m’a fait revenir à mes convictions premières, non plus dans une approche travestie que nous vivons toutes comme une étapes, que je ne renie pas, mais avec une certitude transsexuelle, calme, sereine et réfléchie.

Le trop de condamnation, des heures, des journées des années de culpabilisation m’ont conduite à me dire que l’on n’est pas maître de son destin, que des forces incommensurables nous guident et que la plus implacable de toutes est notre pensée, notre conviction d’être.
Je suis transsexuelle, je ne l’ai pas voulu, au contraire, je me suis battu contre, alors je ne dois plus m’en confesser mais l’admettre.

Mais si je l’accepte je dois le vivre proprement, avec et dans l’amour des miens

Ma situation actuelle est peuplée d’ incertitudes d’avenir difficilement vivables au gré des fluctuations de pensée de l’entourage et des circonstances de vie.

Du côté positif, j’ai changé de métier ! Je suis éducateur sportif tir à l’arc, j’enseigne encore un peu le ski, et pratique toujours les randos et quelquefois la voile, mais avant tout le tir à l’arc!
C’est, au moins un soulagement de s’éclater dans son travail.

C’est aussi un métier qui plus tard pourrait être exercé au féminin d’autant que je suis moi-même mon employeur, mais de toute évidence ce n’es pas encore demain, la veille.
Et je n’ai aucune idée précise de ce que me réserve l’avenir, nous devons toutes le subir, bon ou mauvais !

Je sais, cependant, qu’il se pourrait bien que je sois obligée de vivre une transsexualité à forte connotation travestie qui me ferait entrer dans un féminin épisodique et rechercher un simple plaisir dans l’habillement féminin, laissant, et mon cœur et mon corps au placard, sans me soucier d’une émotion infinie qui me fait rêver à la jeune femme que j’ai été et à la femme, mure et sage que j’aurais pu devenir.
Mes anciens amis m’ont toujours dit qu’après mes imperfections des débuts, j’étais devenu une jeune femme plutôt acceptable, quelquefois enviée.
Je n’ai jamais oublié !

De l’eau a coulé sous les ponts et je sais aussi que je ne pourrai plus être celle que j’avais rêvé dans mes espoirs de futur, animée par une grande volonté de crédibilité.
Paradoxalement je vais mieux car j’ai fait l’effort de me comprendre, sans jugements stéréotypés ni culpabilisations déplacées.

Depuis bien des années j’ai compris mes réveils, quand mon cœur au féminin s’étire sous la couette et que mon corps lentement émerge de mon rêve feutré.
Depuis bien des années aussi, j’ai ressenti le rejet de l’homme qui m’habite, des fois durement, jusqu’à haïr mon sexe d’homme et ne me faire m’en servir que, pour, de plus en plus rarement, partager l’amour physique conjugal.
Plutôt, je devrais dire donner laborieusement du plaisir physique à mon épouse car moi, je n’en éprouve plus du tout, ou à peine un peu, à travers son propre plaisir !

La découverte la plus importante que j’ai pu faire depuis, c’est que je n’avais même pas besoin d’un vestimentaire spécifiquement féminin pour me sentir, totalement, délicieusement femme ; je vis principalement dans un style unisex qui me va assez bien, autant en homme qu’en femme.
Je m’attache à porter quand je le peux des vêtements féminins assez neutres.
Je n’ai plus mes beaux seins mais je sais que je suis une femme !
Pardon ! dans l’espoir ténu d’un avenir improbable : Je suis transsexuelle !

Une psychanalyse est en projet dans les années à venir.

Pour moi-même, pour mon équilibre moral, pour savoir si je peux rester sous mon apparence physique et surtout psychique, comment résister aux terribles angoisses qui me secouent de tout mon être pour rester ou à défaut devenir proprement si un jour plus rien d’autre n’est possible, d’un commun accord, avec mon épouse, et décider d’aller jusqu’au bout de ma conversion sexuelle.

Je n’y avais pas pensé en commençant à t’écrire mais je réalise que tu pourrais éventuellement me rendre le service de me donner une ou deux adresses de psy compétents, proches de Perpignan si toutefois tu en as.

Un peu dans cette perspective, j’écris depuis plusieurs années un récit qui a pour but de relater par le menu les événements forts de ma vie. En attendant de l’avoir terminé, je t’enverrai quelques extraits des temps les plus forts.
Je pense que tu sera bonne juge pour me dire ce que tu en penses car je crois me souvenir que tu as le goût de la chose bien écrite, de la belle tournure d’expression.

Je voudrais conclure ces quelques mots en te disant sincèrement que si j’ai du plaisir à savoir que l’(association) fonctionne toujours bien et que j’apprécie cette belle institution à laquelle je souhaite longue vie, je n’ai pas encore le désir d’adhérer à nouveau. Pas pour l’instant et sans présumer de l’avenir.
Il ne me semble pas, d’ailleurs que je me sentes en adéquation totale avec aucune association de TV ou TS.
Les spécificités de chacune me paraissent souvent trop tranchées, les une dans le sens TS, les autres dans le sens TV.
Je suis persuadée que l’on est, toutes, un peu des deux, plus ou moins selon les fondements intrinsèques que l’on exprime.

Je demeure persuadée que le travestisme peut être une étape décisive mais temporaire dans le sens expression concrète d’une transsexualité profonde parfois encore relativement inconsciente.
Il faut du temps pour se réaliser.

Ce qui ne veut pas dire que je ne garde pas au fond du cœur le souvenir des bons moments passés aux Sablons, par exemple.
A ce propos je dois te dire, vois un peu les circonstances, que j’y suis retournée peu après, pour aller chez de la famille aux hôteliers y acheter mon voilier…que j’ai toujours d’ailleurs.
La terre est bien petite !!!

Je te quitte à présent, amie en t’assurant d’une grande amitié toujours intacte malgré le temps, l’absence et les circonstances de vie qui nous ont nous fait perdre de vue.
J’admire et admirerai toujours cette forme d’altruisme qui te fais aller au secours des autres, de tant d’autres qui ont besoin de sortir de leur solitude.
Comme toi je les aime aussi, mais je n’ai plus ta force ni ton assurance.
Continue, amie tant que tu le pourras, c’est une belle raison de vivre.
Eventuellement dis à celles qui se souviennent encore de Michèle de Perpignan que moi non plus je ne les ai pas oubliées.
Je t’adresse toute la tendresse que je puisses t’offrir.
Caresses.
Michèle. »

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Michèle Administratrice




L'action vaut mieux que l'intention!
avatar
Michele66
Admin
Admin

Bélier Messages : 615
Date d'inscription : 14/11/2011
Age : 69
Localisation : Perpignan

http://transsexuel-le-s.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une LETTRE dans les années 90

Message  esterparis le Sam 14 Jan - 22:59

Bonsoir,
C'est un trés beau texte, émouvant et qui montre bien ton état d'esprit a cette époque. C'.bien écrit
avatar
esterparis

Vierge Messages : 57
Date d'inscription : 28/12/2011
Age : 65

http://estermarie.free.fr/ester

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum