Alerte prothèses PIP sur Yagg par moi-même, et commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alerte prothèses PIP sur Yagg par moi-même, et commentaires

Message  Invité le Mer 4 Jan - 16:27

Je vous recopie ici l'alerte que j'ai postée sur Yagg, et qui a été portée à la Une du média du fait du sujet couvert. Je recopie mon texte, ainsi que les commentaires qui ont été postés de façon publique. Il y a à boire et à manger, des informations intéressantes, des liens afin d'aider celles qui seraient dans ce cas. Bonne lecture !

Population oubliée des prothèses PIP : Transsexuelles, Transgenres, Travesties
3 janvier, 2012
!!! IMPORTANT !!! Combien de transsexuelles, de transgenres, de travesties, non considérées par l’Etat dans le nombre des femmes, portent actuellement des prothèses PIP ? Manifestez-vous auprès des autorités, des médecins ! Vous êtes autant en danger que les femmes qui sont dans ce cas. A FAIRE CIRCULER ABSOLUMENT DANS TOUTES CES COMMUNAUTES FORCEMENT TOUCHEES !!!
Commenter
22 |
Classé dans: Non classé by Alexandra75

Nous signaler un contenu inapproprié
22 Commentaires sur “Population oubliée des prothèses PIP : Transsexuelles, Transgenres, Travesties”

Christophe Martet
3 janvier 2012 à 11:03

Si vous avez un témoignage à fournir sur les prothèses PIP, vous pouvez aussi contacter la rédaction de Yagg: contact@yagg.com
Merci d’avance.


Alexandra75
3 janvier 2012 à 11:50


Merci d’avoir relayé l’alerte.


Lechat
3 janvier 2012 à 12:34


Je me demande si l’Etat assure la prise en charge du retrait de la prothèse et le remplacement par de nouveaux implants pour les trans sachant qu’on n’est pas dans une simple opération de chirurgie esthétique dans leur cas, ça me semblerait normal.


Alexandra75
3 janvier 2012 à 13:09


Je me le demande aussi. Mais le problème de santé levé par une telle prothèse devrait être pris en charge. Ou, encore une fois, c’est nier l’existence de toute une population. Mais, on n’est plus à cela près…


phil86
3 janvier 2012 à 13:12


@lechat : à mon avis, la réponse est non Sad


Alexandra75
3 janvier 2012 à 13:14


… Dans ce cas, cela aura la valeur de « non-assistance à personne en danger. ».


Lechat
3 janvier 2012 à 13:22


Non mais le retrait de la prothèse est pris en charge quelle que soit la personne et le but de la prothèse (réparation, esthétisme etc)

La mise en place de nouveaux implants est prise en charge dans le cas de reconstruction mammaire, je trouverais normal qu’elle le soit aussi pour les personnes trans. De mon point de vue on est plus proche d’une reconstruction que d’une simple question d’esthétisme.


Lutite
3 janvier 2012 à 13:25


Pour les PIP, il me semble logique que la prise en charge soit complète pour une chirurgie réparatrice (accident, cancers, etc..). Pour une chirurgie esthéthique, il me semble qu’il s’agit d’un choix.. donc le remplacement ne doit pas être pris en charge mais il est vrai que la population trans’ a interêt à consulter…. Quant à crier à « non assistance pour personne en danger », cela me semble exagéré.


Alexandra75
3 janvier 2012 à 13:32


@Lutite : Souvent, dans notre population, la précarité est de mise. Si le retrait/remplacement de la prothèse n’est pas pris en charge, la personne ne pourra pas se faire retirer la prothèse, puisque désargentée… Donc, se retrouvera avec une prothèse pouvant la tuer, donc… Dois-je continuer le raisonnement ?
Par ailleurs, ce ne sont pas des opérations à visée esthétique dans nos cas, mais dans la très grande majorité des cas, des chirurgies réparatrices. Elles ont souvent été faites parce que les hormones n’ont pas permis un développement correct de la glande mammaire pour diverses raisons.
Pour ma part, je n’ai pas de prothèse, j’ai pris l’initiative de parler de cela car notre population est trop souvent oubliée, et un propos pareil montre l’ignorance de la problématique trans’. Mettez vous en situation mentalement, et vous comprendrez que ce n’est pas une question d’esthétique mais bien de réparation.
Bien à vous.


Lutite
3 janvier 2012 à 20:24


Tout d’abord, je vous rejoins totalement sur la précarité de la population trans’ et sur sa fragilité. Je côtoie, par mon activité associative, quelques trans’ et j’entends bien leurs problèmes. Deuxièmement, je n’apprécie pas le « mettez vous en situation mentalement », j’ai l’impression que vous pensez que je suis transphobe, ce qui est loin d’être le cas.

Troisièmement, je considère que le remplacement d’une prothèse dans le cadre esthétique ne doit pas être remboursé dans le cadre de ce scandale sanitaire. Pourquoi ? Parce que je considère, qu’il s’agit d’une opération de « confort » et donc volontaire, et non subie, comme lors de problèmes de santés grave (où intervient la chirurgie réparatrice). Le fait de prendre des hormones à forte dose et ces conséquences parfois importantes (comme le problème soulevé des glandes mammaires) est que vous le vouliez ou non, un acte volontaire. Les conséquences doivent être connues et il serait trop facile de faire passer cela en chirurgie réparatrice. Enfin, sachez, que je considère la même chose pour les femmes qui ont choisies de se refaire la poitrine. C’est également un acte volontaire, de mon point de vue. Donc, même traitement, remboursement pour le retrait mais pas pour un nouvel implant.

Sur ce, peut-être, ne serez vous pas d’accord avec mes arguments, mais pour moi, il est trop facile d’attaquer l’État ou la Sécu’ Sociale, lorsqu’il s’agit d’une opération volontaire.


Erin
3 janvier 2012 à 21:04


Ce que je trouve ridicule c’est que, trans ou pas, à partir du moment où l’on ouvre pour retirer un implant, on ne devrait facturer que le prix des implants de remplacement et non l’acte dans sa totalité.

Je n’ose même pas imaginer l’état d’une poitrine refermée sans les implants…

C’est proprement scandaleux et révoltant.


Océane
4 janvier 2012 à 01:18


Tout ceci est complexe car dépendant de « l’état » des personnes et comme le cas par cas n’est pas possible, dans ces périodes d’économies drastiques, les caisses ont tendance à refuser systématiquement certaines demandes auxquelles fait allusion Alexandra… Mais ici comme ailleurs c’est la personne la plus pauvre qui sera encore une fois pénalisée…


Alexandra75
4 janvier 2012 à 01:33


Je parlais de trans’ pour laquelle les hormones n’ont pas fait effet et qui sont obligées de passer par un implant pour se sentir bien. Je ne parlais que de chirurgie réparatrice et non d’esthétique. Donc ne pas prendre les cas particuliers mais bien la majorité des cas. Souhaitez-vous que je fasse le tour de la population trans’ afin que l’on sache combien ne l’ont fait que par pure esthétique ?
Je comprends votre propos, mais mesurez-le par rapport à la réalité de la population trans’. Et ceci, sans faire de prosélytisme. J’essaie d’être la plus sincère possible et je ne veux pas risquer dire de bêtise.


lysebeth
4 janvier 2012 à 01:35


Je suis du presque du même avis que Lutite

LUTITE - » Tout d’abord, je vous rejoins totalement sur la précarité de la population trans’…

…pas pour un nouvel implant.

Sur ce, peut-être, ne serez vous pas d’accord avec mes arguments, mais pour moi, il est trop facile d’attaquer l’État ou la Sécu’ Sociale, lorsqu’il s’agit d’une opération volontaire.

» Oups… Lutite…je n’affirmerai pas comme vous le point ou les transsexuel(le)s , les transgenres et les travestis seraient dans la précarité. Ils suffit de les fréquenter pour se rendre compte qu’ils se payent facilement leurs chirurgies et bien souvent plusieurs, très coûteuses qui ne sont que d’esthétique pure. La sécu et les juristes n’accepteront pas de payer la note pour eux pour les implants PIP, pour des personnes qui ne sont pas civilement des femmes. Déjà qu’ils rechignent pour les femmes bios.

Etre une femme c’est bien autre chose que d’avoir de la poitrine hormonée ou avec des implants et aussi de la féminisation d’apparence du visage. Quand à l’habit à lui seul il est loin de faire la femme.

Et ceux qui sont vraiment dans la précarité bien sur qu’il y en a mais quels employeurs voudraient les embaucher quand on voit déjà que pour les (trans-)identaires les difficultés rencontrées sont énormes . Un patron ne prendra pas une personne qui fantasme ou travesti sont genre, désolée, mais ouvrez vos yeux, c’est la réalité de tous les jours.

Je respecte vos choix d’orientations sexuelles mais gardez-vous de parler de transsexualité en amalgamant genres sexuels et identités. Mots obsolète qui devrait d’ailleurs être bannie pour les hommes et les femmes réassigné(e)s. La transidentité ne fera jamais parti des orientations sexuelles et ne sait jamais reconnue en tant que telle.

Comme dirait un Bordelais sociologue montant dans le transgendérisme » les transsexuelles sont des femmes à bites « . Les transgenres, les travestis, etc … qui gardent leurs sexes de naissance, c’est bien pour les utiliser dans leurs fonctions en se faisant passer pour une femme seulement d’apparence ou simplement par fantasmes. D’ailleurs la plus part ne veulent même pas avoir de civilité mais un genre. Lequel, celui du 3ème type… ? Qui n’existe pas bien sur.

Vous parlez de l’adjectif Trans à tord et à travers. Reprenez dans une encyclopédie ou un dictionnaire sa définition. C’est un statut provisoire qui ne sera jamais définitif, ex: une transition, une réassignation, car une fois que c’est fait c’est fini.

Votre communauté se plein de discriminations envers la transsexualité que vous reprenez à votre compte et revendiquez mais faudrait’il que vous ayez fais ce qu’il fallait pour cela. Les lois existent déjà pour reconnaître et accepter une nouvelle civilité quand un(e) transidentaire est réassigné(e). Car je suis issue moi même issue de la transidentité et je peux pas accepter que les transgenres revendiquent à notre place. Sachez que c’est devenu ma croisade contre toutes les requêtes que vous revendiquez et faites à notre place ce est qui est une usurpation identitaire.

Cela suffit, la dépsychiatrisation que vous avez réclamé à corps et à cris auprès de Madame la Ministre Roselyne Bachelot nous a ramené(e)s 50 ans en arrière. Merci a vous les LGB - »T »(travesti, transgenre maintenant à part la réassignation ensuite pratiquement toutes les opérations de réparations sont passées en chirurgies esthétiques et aux frais des patient(e)s. Car les personnes qui se font réasigner en France avec un protocole que vous déniez c’est sur n’ont elles vraiment peu de moyens. Ceci va ramener cette micropopulation qui n’appartient à aucune communauté LGBT et lobbyisé dans une psychologie suicidaire ou de survie dans la prostitution car elle n’aura pas d’autre avenir.

Donc en conclusion SVP occupez-vous gentiment de vos problèmes de sexe mais surtout pas d’identité. A croire que vous cherchez le bâton pour faire battre. Le dernier exemple en date qui a été droit dans le mur c’est la revendication de Wilfrid et Marie qui ont perdue sur toute la ligne en se décridibilisantet se ridiculisant publiquement. Le plus grave c’est qu’ils ont mis leurs enfants en danger en les prenants ( en otage ) pour défendre une cause non défendable de mettre en balance sa civilité en tant que Chloé et un pour maintenir leur mariage. Il va falloir choisir. Actuellement ils n’existe pas de mariage lesbien ou gay reconnu en France. L’exemple de Nancy ou le maire n’a pas voulu reconnaître l’anarchiste qui a refusé de donner son nouvel état civil n’a obtenu que de faire un mariage hétéro.

De grâce attendez que les lois passent si elles le soient un jour et ne répondez plus à notre place, vous rendrez le plus grand service à toute la société.

Je vous remercie d’avoir eu la patience de me lire.

Lysebeth

Ps: J’ai fait un copié/collé au cas ou vous n’auriez pas le courage de le laisser dans vos réponses


Alexandra75
4 janvier 2012 à 01:45


Ma chère Lysebeth. J’ai approuvé ce commentaire car je ne fais pas de censure. Je ne mange pas de ce pain. Réponse « demain » matin car pour l’instant c’est dodo. Mais, une réponse, il y aura. Peut-être par Lutite, peut-être par moi… nous verrons. Pour l’instant c’est Cinéma des Draps Blancs. À demain, donc…


lysebeth
4 janvier 2012 à 02:07


Vous parlez de reconstruction mammaire la sécu ne prend même pas en charge les chirurgies réparatrices après un cancer et encore moins les implants renseigner vous sur le site Amélie.

Pour les trans comme pour toutes femmesqui s’en sont fait poser à leur frais la chirurgie de retrait est faite dans un but sanitaire en les retirant et rien de plus.

Les hôpitaux et la sécu se refusent de payer aux trans les chirurgies réparatrices et reconstructricent depuis le décret de Madame Bachelot sur la dépsychiatrisation grâce au LGBT. Ces chirurgies n’existent plus c’es que de la chirurgie esthétique. Maintenant les trans même si elles n’en n’ont pas les moyens elles peuvent crever à cause de cette demande débile. Les personnes qui devraient avoir des suivies psychologiques, c’est les transgenres.

Vous êtes vous demandé pourquoi les transgenres se font refouler en France dans les protocoles et partent à l’étranger se faire les opérations qu’ils désirent en payant bien sur. Déjà qu’ils critiquent les chirurgiens et finalement ils n’ont pas mieux à l’autre bout du monde.

Je râle d’autant plus quand je vois madame Michèle Delaunay proposer une loi soit-disant pour les trans maintenant sachant quelle ne passera pas. Si ce n’est que dans un but racoleur électoraliste pour récupérer des voies supplémentaires pour son parti qui n’est même pas sur de passer le 1er tour. Nous l’avons vu arranguer la foule lors de la gay-pryde en juin à Bordeaux exactement de la même façon. C’est triste de voir ces polyticiens qui essayent de nous manipuler pour leurs ambitions personnelles et qui en réalité nn’ont rien a faire de nous.

Lysebeth


Alexandra75
4 janvier 2012 à 07:59


@Lysebeth :

Yagg est un site, une communauté globale de soutien aux Lesbiennes, Gays, Bi et Trans, de tous genres, de toutes obédiences, et non un lieu de dénigrement de tout ou partie de ces populations. L’article que je viens de faire est un alerte pour éviter le pire à des personnes qui courent un danger à conserver ces prothèses dans leur corps, installées ou non dans un souci d’esthétique, peu importe en fait… Je vous prierai donc de rester désormais courtoise avec l’ensemble des personnes inscrites ici, sinon je me verrai dans l’obligation de vous modérer.

Bien cordialement.

Alexandra


Lutite
4 janvier 2012 à 11:18


@Lysebeth @Alexandra75 : Bien, pour mettre tout le monde d’accord et éviter que le débat dégénère, j’ai trouvé deux documents sur ameli.fr

Le premier concerne la politique mise en place pour les prothèses PIP : http://www.ameli.fr/assures/soins-et-remboursements/combien-serez-vous-rembourse/implants-mammaires.php Et le deuxième concerne, la prise en charge qui existe bien pour une chirurgie réparatrice et non esthétique : http://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/Cnamts-DP_fraude_chirurgie_esthetique.pdf Il existe des cas particuliers de remboursements pour la chirurgie esthétique mais c’est au cas par cas.

Quant aux problèmes de prises en charge suite au décret de Bachelot, il est clair que c’est à double tranchant. Maintenant, je ne m’y connais pas suffisamment pour apporter une réponse claire et précise et je risquerais de dire des bêtises. Surtout, que je ne suis pas trans’ mais que je les côtoie, tout simplement.

Enfin, je mesure mes propos par rapport à la population trans’ (et c’est bien de les avertir) et celles qui ont des prothèses PIP doivent aller consulter. Maintenant, il faudra voir ce qu’applique la Sécurité Sociale, mais si les papiers ne sont pas OK, je crains qu’elle ne prenne même pas en charge le retrait.

Dans ce scandale sanitaire aux conséquences graves, les femmes doivent aller consulter afin de connaitre les risques pour leur santé.


kira
4 janvier 2012 à 11:47


@lysebeth :

Si un certain nombre de personnes trans sont refusées des protocoles hospitaliers, il ne faut pas chercher plus loin que les conditions d’admission dans ces protocoles qui sont interdits : aux personnes séropositives, aux personnes étant ou ayant été prostituées, aux personnes qui ne seraient pas hétérosexuelles dans leur genre choisi, aux personnes ayant eu des enfants, etc etc.

Sans oublier une nécessité d’identification à des stéréotypes de genre datant des années 50 où madame est douce et soumise et aime faire la cuisine alors que monsieur aime couper du bois en roulant des mécaniques.

Pour le remboursement de la sécu concernant les prothèses PIP, il ne faut pas trop y croire malheureusement. Et il est important de rappeler qu’il existe en France une opération esthétique (et non réparatrice) remboursée par la sécu, à savoir la réduction des petites lèvres. Parce qu’apparemment, avoir une vulve certifiée 100% comme Barbie c’est quand même vachement plus important et légitime que de se faire remplacer des prothèses dangereuses.


Alexandra75
4 janvier 2012 à 11:53


@Lutite : je n’étais ni d’accord, ni pas d’accord. J’ai uniquement levé une alerte sanitaire pour des personnes trop souvent oubliées, qui sont des êtres humains comme les autres et chez qui une prothèse PIP défectueuse fera tout autant de dégâts que chez une femme physiologique de naissance. Maintenant, les querelles de clocher ne m’intéressent pas, et la polémique encore moins, surtout quand elle vient sur des terrains qui n’ont plus rien à voir avec le sujet.

J’apprécie vos recherches très précieuses pour l’ensemble de la population concernée, et j’espère que cela aidera celles qui ne savaient pas par où commencer. Au moins, cette alerte commence à avoir du bon, les renseignements remontent et c’est clairement le but de la démarche. Ne portant pas moi-même de prothèse, je ne suis pas concernée à titre personnel, mais j’estime qu’il de mon devoir de citoyenne responsable, et aussi dans mon éthique et mon amour de la vie de se préoccuper des personnes en danger, quand je le peux.


Alexandra75
4 janvier 2012 à 13:19


@kira : Oui… Tout ce que vous dites est très largement connu parmi les transsexuelles, mais il n’empêche que certaines déifient les équipes protocolaires auto-proclamées, ce qui est très étonnant, car si elles sont honnêtes, elles avoueront avoir souffert de tout ce que vous citez. Mais nous sommes tout bonnement face au fameux Syndrome de Stockolm, et contre celui-ci il n’y a pas grand-chose à faire, sauf constater, et en être triste.

Pour ma part, j’avais constitué une équipe dans le monde libéral et j’ai été me faire opérer à Bangkok (Thaïlande) par un éminent chirurgien le Dr. Chettawut réputé pour l’extrême qualité et virtuosité de ses actes chirurgicaux. Il est vrai que j’ai dû payer mon intervention, et par ailleurs j’ai fait l’ensemble de ce parcours à une vitesse-éclair, il est vrai, mais dans les règles de l’art. Je n’ai nullement dérogé à un suivi par un psychiatre qui m’a délivré un certificat en bonne et due forme. Mais, apparemment, seuls les psychiatres des équipes auto-proclamées doivent être aptes à juger qui est une transsexuelle de qui ne l’est pas, c’est ce qui transparaît dans l’échange précédent. Bon… Il est vrai… Je ne suis pas une femme des années 50, je ne suis pas derrière les fourneaux pour mon coupeur de bois, et pire que tout, je me croyais hétéro, il se peut que je sois bi. Malheur ! Je suis donc classifiée en « affreuse transgenre ». Je ne suis pas une femme selon les critères désuets de ces équipes. Ont-ils seulement été voir ce que sont les femmes de nos jours ? Je ne crois pas. Mon entourage m’a toujours dit la chose suivante sans exception : « Au début, c’est surprenant d’apprendre qui tu déclares être. Et puis, en te côtoyant jour après jour, on voit que tu es bien dans ta peau, que tu ne cherches pas à imiter les femmes, tu es toi-même, tu es une femme de par ta manière d’être au naturel. Pour nous aucun doute, tu es bien qui tu nous as annoncé être, et tu es pleinement épanouie. C’est au final le plus important. ».

Si certaines femmes se complaisent encore dans le modèle féminin des années 50, grand bien leur fasse, mais qu’elles ne cherchent pas à l’imposer aux femmes du présent. Et surtout, qu’elles ne cherchent pas à l’imposer aux femmes transsexuelles, ou femmes issue de transsexualité et s’arroger le droit de juger laquelle est une femme de laquelle ne l’est pas.

Donc, pour revenir au sujet de cette alerte, une personne qui se fait poser des implants mammaire est en général une femme. Il peut exister à la marge des personnes qui pourraient éventuellement y trouver une forme de perversité, et quand bien même ! On devrait les laisser mourir dans leur coin parce qu’ils/elles ne sont pas dans la norme ? Est-on encore humain si on porte un tel jugement envers des personnes en danger ?


Lutite
4 janvier 2012 à 14:52

Par contre, il m’est venu une autre remarque. Pour les femmes opérées à l’étranger, et notamment en Thaïlande, les prothèses PIP y ont été vendues.

Il faudrait, du coup, se renseigner pour savoir si les trans’ opérées à l’étranger, sont prises en charges pour le retrait des implants en France ou s’il faut qu’elles voient avec la politique mise en place dans ces pays. C’est une autre piste de recherche, mais je crains que, dans ce type de cas, la Sécu’ Sociale, considère que ce n’est pas de son ressort (opération dans un pays étranger) et que les complications liées à cette opération soient intégralement à la charge des personnes (retrait implant).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte prothèses PIP sur Yagg par moi-même, et commentaires

Message  Michele66 le Jeu 5 Jan - 5:52

Je préfère ne pas commenter les commentaires! Evil or Very Mad

_________________
Michèle Administratrice




L'action vaut mieux que l'intention!
avatar
Michele66
Admin
Admin

Bélier Messages : 615
Date d'inscription : 14/11/2011
Age : 69
Localisation : Perpignan

http://transsexuel-le-s.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte prothèses PIP sur Yagg par moi-même, et commentaires

Message  Invité le Jeu 5 Jan - 6:36

Je ne pensais pas, en mettant cette alerte, immédiatement relayée par l'équipe éditoriale de Yagg, que cela pourrait déclencher de telles "passions". Ce qui importe, est d'avoir levé l'alerte et sensibilisé les communautés. D'ailleurs, si j'ai remis l'alerte ici, c'est afin de multiplier les médias pour que l'information ne soit pas enterrée.

Entre nous, je prie pour qu'il y ait le moins de drame sanitaire possible, que ce soit du côté des femmes ou du côté des communautés suscitées.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Alerte prothèses PIP sur Yagg par moi-même, et commentaires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum